Il est difficile de résumer les classiques grands et petits

 

  1. Donner une gifle,

claq, claq,

au destin, claq,

il ne faut qu’une main.

 

Même main d’ailleurs

qui tâtonne les murs par lesquels

ce même destin nous entoure.

 

Si je suis resté à l’ombre

des murs voulant me tuer

en buvant sans cesse,

 

sans lumière surtout,

 

c’est que quelqu’un passe,

vienne à moi et me donne,

claq, une gifle.

 

.

2.Me voilà debout, remis

devant le soleil,

ayant cédé ma place à l’ombre

à cette femme au coeur brisé.

 

Que je ne connais pas.

Dont je n’ai pas tué le mari.

 

Comment tuer quelqu’un

pendant qu’ivre mort on ne tue

personne d’autre que soi-même?

 

ommuurd

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s