La condition humaine

un beau jour, un dimanche, quoi, j’ai envoyé le poème suivant à un concours de poésie et le président du jury, à côté de la plaque comme d’habitude mais cette fois-ci devenant ‘pedant’, j’ai créé une bagarre sur l’internet afin de corriger ce monsieur:

.

Souvent avec quelle piedifficulté

Je l’ai pris mon pied et

combien de fois

 

j’ai oublié avec qui.

.

Combien de fois

en avant le zizi

et écrire entre-temps

se taillant entre deux jambes

afin d’écrire

l’un poème après l’autre

chargé plein

.

jusqu’au jour où

dans le désert en pleine lumière

un oasis m’a

la pointe

la pointe

que du sable

que du sable

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s