Chant de la terre

 

Verveine, le sifflet
de l’arbitre.
Exit l’Espagne,
l’orange supérieur.

Exit l’oncle.

D’ailleurs, l’oncle déjà
en était loin,
une quasi-dépouille parlante.

La flamme s’est éteinte, exit l’oncle.
Restent des cendres,
cousins, cousines.
Nous buvons un thé à la verveine.

Nous l’avons enterré
un jour de canicule.

Béni-Mellal, Zao ech Cheïkh,
les 13-14 juin 2014

 

zouiat zaouia ech cheikh

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s