Lez la montagne, heist

 

Une coupe peut changer le cap,

un arc lançant sa flèche,

 

Nous voici ensemble,

deux dangers publics.

 

L’une fois, l’accent en bouche

ne mache pas les mots,

la gueule pleine.

 

L’autre fois le ton montant

que l’axe

relâche le cent.

 

Une ballade rafraîchissante

devient tout devenu

à travers labyris

contre le temps qui s’enfuit.

 

Non pas le vin

qui nous fait rien

au contraire le divin

ivre épouse le démon.

 

(Le numéro 8 du disque suivant y appartient, vous tient apart)

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s