À topos d’un comte et d’une comtesse

Septembre le mois le plus insensible
dans le calme et le repos
règne sur la fin de l’été.

Avril le mois le plus fauve,
je suis né en mars.

La moitié de l’année,
mes chevaux pâturent
en fauves leur île colmatée.

En septembre, nous comptons
les épaves arrosées de pluie,
jetées sur le rivage
de cette île nordique.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s