La fin du fils Rousseau

Chaque jour je longe et frôle
le bois sauvage, c’est à Bruxelles.
Les arbres et arbustes écrasés
poussent à peine sous le poids
de Gudule et Michel, édifice église.

Plus personne ne s’attend à ce que
Caïn tue encore son frère au bois sauvage,
Wouter y étant tué.

Voilà qu’à peine guérissent les griffes
que le premier apporte encore au deuxième.

Et qu’il est fier au bois, le sauvage,

cain_and_abel_1
quel onagre que ce Caïn.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s