Fermons le rifique

Nous savons si peu en puisant en nous mêmes:

vient la nuit,

puis le jour.

Nostalgie de l’eau n’est pas un mal.

Je me noie dès lors souvent

dans tes yeux.

Cela me poétise et j’en frémis,

chantant jusqu’aux fibres les plus profondes.

.

Sapés à la surface,

ni plumes ni écailles

– rien de plus nu que l’homme,

qui spontanément se dépoile outre mesure –

.

nous étions, un jour, en cage,

enfermés sous les faces supérieures,

ménageant notre coquille,

non poissons mais limaces.

.

Et savons-nous mieux à présent?

zu-zhenhuan-etait-l-homme-le-plus-poilu-du-monde-en-2002 tarotdemarseille

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s