Tous les matins du monde

Souvent je me levais,

quasi chaque jour,

parmi les humains.

Parfois sans eux.

.

Une carotte à portée de main.

Le bâton, en nous frappant,

la vie dure,

je me retirais à nouveau,

loin des humains.

.

L’un devient un ton,

un autre grain de sable.

Nous restons ainsi égaux à nous-mêmes,

dans une répétition minimale

jusqu’à tomber dans notre coin ardent

le monde magazine

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s