Si nous disparaissons, nous voici qui apparaissons

Comme, parfois, il galope devant nous,

ou encore nous prend autrement,

voire nous solidifie un moment en silence.

 

Plus souvent, il nous joue un mauvais tour,

nous étourdissant vers le bas d’un tourbillon.

Jamais n’apparaît une quelconque image

ou autre ressemblance.

 

Brièvement, le loup pleure de nous.

Comme, plus explicite,

grondant, gémissant,

il nous propulse par les bouts des doigts de pied.

 

Il nous projette alors une image autre,

nous donnant des odeurs et des couleurs,

jusqu’à ce que, enchevêtrés,

il nous jette plus loin et nous fait atterrir

plus vite que nous voulons.

rothko

rothko

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s