Souffrance

 

Il y a doute, si l’on sème

sans hésiter, on crée

l’une mélodie après l’autre.

 

Le souffrant ne doute pas.

Il se déplait dans son corps,

vit ses plaintes.

 

Il n’y a pas de doute, si l’on récolte

sans hésiter, on est bien placé

pour obtenir de gros sacs.

 

Le souffrant ne sème plus,

il chante à peine

ni ne récolte.

Le souffrant chante le bleu.

Publicités