Un café bien corsé

Jacques-Dutronc

Les Corses, si corsés à moitié
français, aiment bien
fumer le cigare et
prendre un bain chaud.

Au bain public exactement
– dehors, ils avaient beau
courir de pied ferme,
ils étaient trempés
de pluie – je les ai rencontrés.

Ils avaient tous deux
un air connu, j’ai failli
les reconnaître du coup,
Napoléon Bonaparte,
Jacques Dutronc.

Bonaparte aimait bien
sa Joséphine,
Dutronc a sa Françoise,
tous deux aiment une Française,
qui les mena jusqu’à Paris.

Mais pas au bain public.
Jacques tout nu
avec une fille
qui le nettoie
et sans doute l’excite.

Des millions de Chinois et un Corse.

Quelle affaire, pour moi, pour nous.
Même le lièvre ne se dépêche plus
quand il se trouve au bain public.

Le maquis corse le connaît,
le bain public nettement moins.

Quel soupir, dit Jacques. Oui,
c’est moi, quelle aventure
que nous voici
quel soulagement.

Que nous fait-on, dit Napoléon.
De l’air brassé, son Altesse brassée,
qui nous convient
et au chaud nous tient.

Le bain nous ayant fait du bien,
nous avons repris la route,
tous les trois, pour le maquis.

J’avais accepté le cigare.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s