Quelle joie!

Un bras signe l’air,
d’un tour de main.
Du coup, tout devient
insignifié. Les haltères

n’en demandent que deux
et attendent, ce sera en vain,
que l’autre bras donne la main.
Finnegan et Ulysse ne sont heureux,

l’un se réveillant, l’autre s’endormant,
d’être séparés par leur auteur,
qui n’a jamais écrit que d’une main.

Une jambe qui, s’écartant
cherche l’autre non sans bonheur,
restera unique ou s’unira en vain.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s