Chasseur de peau

pour Laurent l’Oedipe 

Qu’en penses-tu,

quelle belle peau,

quelle jolie fourrure!

.

Tu fais taire l’animal en toi,

arrête tes caprices,

il grogne encore.

.

Tu t’ouvres les bras.

Au moment même où tu crois qu’il est apprivoisé,

il te saute au sein,

te mord la gorge.

.

Loin derrière ses oreilles,

se cachait un humain au sein

de cet animal. Tu as failli l’entendre,

là jamais son chant sonne faux.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s