L’année où le troisième mois

L’année où le troisième mois

est tombé au froid,

neige, guerre et bagarre,

j’ai fêté quelque peu

mes soixante ans.

Peu importe.

Cela n’a pas empêché

les oiseaux de chanter

ni moi de pouffer.

*

Le pivert ombrageux

de temps à autre

se frappe la poitrine.

Une île à la dernière extrémité

se pâme.

*

Le bouc donc devrait attendre

un mois de plus

avant de voir sa feuille verte.

Je vis un vieux bouc

agir en âne,

nettoyant de sa longueur la table

sur laquelle il ne réussit pas

à pleurnicher une larme.

Jusqu’à ce qu’il explose.

*

Poète de cour royale

je ne suis devenu.

Suis-je devenu bibliothécaire?

Ou de préférence traducteur.

bibliothécaire à la retraite

bibliothécaire à la retraite

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s