Menu exercice de philosophie en perspective et en termes zappatistes

Bon, mesdames et messieurs, voici de la philo politiquement correcte, très à la mode de nos jours et fort au goût de tout un chacun: « Toutefois, deux amours malheureuses ne disent rien de la suivante, bien que tu ne puisses plus croire en la troisième, de sorte qu’automatiquement et en raison de cela, elle se termine mal« .

Voici donc. Une citation d’un drôle de livre, le début de la belle de martelaere, « Journal de nuit d’un insomniaque« .

(Et alors pourquoi moi, après deux amours malheureuses, la troisième me rend-elle heureux?)

(Se) poser la question, même entre parenthèses, c’est provoquer une réponse. Mais la réponse ne vient pas automatiquement ni toute seule. Alors, on continue de questionner: ai-je du talent pour le bonheur ou un bol fou? Et de martelaere avait-elle du talent pour le malheur et aucun bol fou? Le destin nous frappe-t-il d’une flèche ou d’un éclair?

Le pingouin est assez gluant pour qu’il puisse glisser et s’évader des cordes de son bondage. Il suffit de le vouloir.

Ne plus rêver et faire semblant d’être un pingouin.

Finissons en beauté en chantant:

Elle est tout comme un pingouin en bondage, les gars,

Ah oui, eh oui, eh oui (doubie dou wab ba baba ba)

Tout comme un pingouin en bondage, les gars

(cela continue ici: Tout comme un pingouin en bondage, Frank Zappa)

de martelaere quoi

de martelaere quoi

bondage, quoi

bondage, quoi

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s