Poème bruxellois sans numéro

 

Par un léger vent de face,

j’arrivais au boulevard Reyers,

le feu au carrefour étant rouge,

 

Loin de toute pêcherie,

la mer, le lac ou le fleuve,

un gars agitait

avec un chapeau de pêcheur.

 

Je freinai, me rendant compte du coup

que je reconnaissais le gars,

flairant le sang, je continu ma route,

 

déchiré.

Ou bien, lors de la pêche, je porterai le chapeau,

ou bien je raterais l’occasion

de porter un vêtement tâché d’histoire.

 

En m’approchant du pont Van Praet,

j’avais le vélo à nouveau libre.

 

Publicités