Perdre la face

 

Mon visage se débarrasse de mon visage et tombe tel un fruit pourri silencieux en moi’(Octavio Paz)

 

Arbre, je ne bougeais pas,

restais en silence, sans visage.

 

Devenu ours, j’ai une frimousse

et un visage quelque part.

 

Arbre, je portais des fruits.

Portais les nues.

Sans obligation d’avancer,

laissant tomber et pourrir.

 

À présent, j’amarre.

Du coup, je lance la nouvelle

comme quoi je me suis jeté sur le rivage.

Je me rejette et me lave.

De la sorte, tout le pourri

tombe doucement en moi.

bruinvis aan land.png

mens en boom in de woestiijn

auto R5 met beer

 

Publicités