Un chant si bref d’un voyage si long

épee, ô acier, mon ciel!
Je te supporte si longtemps
que ton poids m’est agréable.

Je te vois parfois un bleu du ciel
qui tel l’acier fait mal aux yeux.

Si je te supporte, c’est qu’il m’a été promis
de toucher le satin voire la soie
de la bien-aimée.

Julie Margaret Cameron wederhelft

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s