Un jour on a toute la chance du monde

C’est en me dirigeant vers l’ouest
que je me suis aperçu de la faille.

Qu’avais-je vu?
Avais-je entendu
le son d’une cloche
alors qu’aucun clocher
ne se dressait
dans ce paysage marin?

Cela ne m’a pas empêché de dormir.

Une seule fois cela m’a été reproché,
lorsque naviguant à la mi- aveugle
d’un danger sous-jacent je m’étais approché.

En tâtant dans le noir,
j’ai failli perdre le nord.
Mais je me suis aperçu de la faille.

Je me suis ramassé en pleine nuit,
sans faire figure ni pirouette.

J’avais piétiné sur place,
où j’ai failli prendre racine,
y dessinant le rythme j’ai tracé
le cercle par où descendre sous terre.

En passant à toute vitesse,
j’ai salué de très loin
l’abyssal à canne de pêche ceratiodia.

C’est en arrivant à l’autre face
que j’ai aperçu le soleil se lever.

diepzeehengelvis_amphirhamphus

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s