Voyages africains

 

  1. Me voilà donc, assis sur une montagne,

même pas seul et nous buvions.

De toute façon, nous avions chaud.

Du soleil et des histoires

que nous inventions.

 

Parmi nous, un berger d’un coup

parlait en langues, passant

de l’une à l’autre sans heurts,

jusqu’à ce qu’il n’en restait plus rien

et nous lui demandions de continuer,

de continuer de parler.

 

Il n’arrêtait. Il n’arrêtait que lorsque

dans notre tête, l’aube se leva crachotante.

 

 

2. Passé la plaine,

le pays tout sage se casse.

Les palmiers se plient fort au vent.
Personne ne s’en vante.

 

  1. Nous aimons bien monter
    les montagnes, à la recherche
    de lacs.

    Dans les virages,
    nous préférons la route sèche,
    en route pour la pêche.

 

Compte les os

 

Le chœur que pleure,

Le chœur qui marche,

Nous honorons nos morts.

 

Nous veillons

Nuit et jour.

Un jour nous serons convoqués.

 

Il y a de quoi,

allons-y.

bientôt nous serons congédiés.

 

Car qui donc détermine si fort

que la vie se termine ici.

Le ciel éternel alors nous fait virer.

 

Publicités